Comment préparer son sac à dos pour le GR®20

 

Le projet a été mûrement réfléchi, cet été vous partez à l’assaut du GR®20 avec des copains, en couple ou en famille.

Cela fait des années que l’on vous parle de ces paysages uniques, de ces sentiers exigeants et de ce voyage en itinérance dont vous ne reviendrez a priori pas le/la même…

L’aventure vous tend les bras, les congés sont posés et vous avez même commencé à vous entrainer. Après quelques recherches sur le web, la physionomie de votre projet se dessine, ce sera en 15 jours, ou 8 jours pour les plus sportifs.

Mais une question fondamentale se pose alors : qu’allez-vous emporter pour un tel voyage ? De fait, le GR®20 est un projet qui se fait généralement en autonomie… avec un sac de randonnée sur le dos.

Pour vous ôter ces doutes qui commencent à vous tracasser, GORE-TEX et Snowleader vous apportent quelques conseils, dédiés aux débutants comme aux randonneurs confirmés.

 

SOMMAIRE : 

  1. La base : pas d’artifices, juste l’essentiel
  2. Confort de portage avant tout : une histoire d’organisation
  3. Les petits détails qui font la différence
  4. Notre check-list pour le GR®20

 

1 – La base : pas d’artifices, juste l’essentiel

Dans notre monde moderne, nous avons souvent la chance de vivre avec un certain confort. Par exemple, dès que l’on fait du sport, on peut prendre une douche, se changer avec des vêtements propres, se mettre au chaud, à la limite du « cocooning ». Bon, et bien tout cela ne fera malheureusement pas partie de votre expérience de randonnée en terre corse, basée sur l’authenticité ! Le voyage à pied en itinérance, à fortiori sur un terrain montagneux et exigeant comme celui du GR®20, est une vraie aventure, celle où l’on sort un peu de sa zone de confort, on renoue avec les besoins essentiels et on met de côté les petits artifices du quotidien pour quelques jours.

Car, on vous voit venir, au moment de faire la liste du matériel que vous emporterez avec vous, grande sera la tentation de prendre ce spray déodorant, d’emporter ce bouquin de 500 pages que vous n’avez pas eu le temps de lire chez vous, ou de prendre une deuxième paire de chaussures pour être à l’aise le soir au refuge 😉

Dites-vous bien qu’après quelques heures de randonnée, le poids du sac peut vite devenir un handicap, un handicap que vous traineriez alors pendant quinze jours… De quoi atteindre le moral des plus valeureux.

La règle de base sera de n’emporter QUE l’essentiel en se fixant l’objectif d’un sac dont le poids total (avec eau et nourriture) ne dépassera pas les 10 kilos.

Pour vous aider dans la sélection du matériel, la vraie question sera : est-ce que je peux me passer de ça ? Si oui, vous pouvez l’écarter. Si c’est non, demandez-vous alors si cet élément est optimal en termes de poids et d’encombrement. Quelques exemples :

  • La doudoune en plume oui, mais pas besoin d’emmener la doudoune pour monter à 8000m d’altitude, qui prend plus de place que votre sac de couchage.
  • La trousse de toilettes oui, mais pas besoin d’emmener le rasoir électrique, le gel douche de 500 ml et l’after-shave ! Contentez-vous d’une brosse à dent, d’un dentifrice petit format et d’un savon multi-usage. Le tout empaqueté dans un petit sac zip-lock devrait vous faire économiser un peu de poids. Pour le reste, cela fait partie de l’aventure en montagne !

 

Nous vous recommandons de faire une check-list des choses dont vous pensez avoir besoin durant les 8 à 15 jours que vous passerez en montagne, en pensant bien à tout : qu’allez-vous porter sur vous la journée, le soir, la nuit au refuge, s’il fait beau, s’il fait froid, de quoi aurez-vous besoin pour soigner les petits bobos comme les ampoules ou irritations, quelle quantité d’eau allez-vous consommer, idem pour la nourriture… Une fois cette liste établie, passez chaque élément à la fameuse question « est-ce que je peux me passer de ça ? » puis « est-ce perfectible en termes de poids et d’encombrement ? » et vous devriez commencer à y voir plus clair dans votre réelle check-list, pour éventuellement vous pencher sur la shopping-list des produits que vous n’avez pas encore.

contenu sac à dos 15 jours itinérance

Le contenu d’un sac paré pour 15 jours d’itinérance

 

 

2 – Confort de portage avant tout : une histoire d’organisation

 

Si vous avez bien suivi nos conseils dans l’étape 1, vous savez désormais ce que vous devrez emporter avec vous pour ce voyage Fra li monti (à travers la montagne, en langue locale). Et théoriquement, vous avez maintenant conscience qu’il vaudra mieux éviter de partir avec votre maison sur le dos. Cela devrait vous amener à choisir plus facilement (et raisonnablement) la bonne taille de sac à dos et d’ainsi éviter un contenant trop important (le sac) qui laisserait la tentation d’y mettre beaucoup de contenu (votre matériel).

Que vous partiez pour 8 ou 15 jours, les besoins en matériel sont, en effet, sensiblement les mêmes étant donné que vous dormez en refuge, et n’avez donc pas besoin de tente et tapis de sol, et ne cuisinerez pas beaucoup, ce qui vous évite également le combo réchaud-popotte. Par ailleurs, vous pourrez régulièrement laver vos vêtements avec votre savon multi-usage.

Nous vous conseillons un sac d’un volume compris entre 35 et 45L (ici le Osprey Archeon 45). Choisissez-le en fonction de votre anatomie – votre taille mais également au fait que vous ayez un long buste ou pas – et de son accessoirisation. La somme de ces deux paramètres devrait largement contribuer, dans la pratique, à son confort de portage et d’utilisation.

Il est important de garder à l’esprit que vos journées de marche seront assez longues, d’autant plus si vous « doublez » les étapes, et que le confort du sac est pri-mor-dial, autant que celui des chaussures.

 

Pour optimiser le confort de portage (et d’utilisation), vous devrez veiller à répartir le poids dans le sac à dos en équilibrant les charges. Par exemple, si vous placez votre gourde d’eau sur une poche latérale (comme sur notre exemple), pensez à y mettre un poids équivalent sur le côté opposé du sac. C’est un principe basique mais ô combien oublié, et générateur d’inconfort, de fatigue, pire, de blessure. En effet, avec les heures de marche et la fatigue, un mauvais équilibrage du sac pourrait vous amener à compenser une gêne. Cette mauvaise posture se répercuterait alors sur votre dos, votre cou, ou vos articulations… Gare aux tendinites, entre autres. Mais pas d’inquiétude, nul besoin d’être ingénieur pour ranger correctement son sac et répartir le poids de celui-ci. Le simple fait d’être vigilant à ce point devrait vous permettre d’organiser cela avec méthode.

 

En termes d’organisation justement, nous vous conseillons un rangement « ordonné » (qui respecte un ordre logique) visant à mettre au fond de votre sac ce qui vous servira le moins durant la journée de marche, et de rendre accessible ce qui vous sera nécessaire plusieurs fois par jour.

En ce sens, le sac de couchage ira généralement en fond de sac et la crème solaire plutôt dans les poches situées dans le rabat supérieur, jamais l’inverse ! Ça parait logique vu comme ça, mais lorsque vous ferez votre sac au matin du troisième jour, on parie que le sac de couchage, qui traine encore dans le dortoir, pourrait bien se retrouver rangé en dernier, en haut du sac !

 

Sur les photos ci-dessous, nous avons inséré le contenu de la manière suivante :

  • Dans le sac vide, nous rangeons en premier le sac de couchage (que nous avons compressé au maximum via les sangles prévues à cet effet, afin de réduire l’encombrement), puis la doudoune, le « drap de sac » et la veste GORE-TEX. A part si la météo est mauvaise ou s’il fait exceptionnellement froid, vous ne devriez pas avoir besoin de cela avant le prochain refuge.
  • Nous avons ensuite mis notre linge de change (t-shirt, pantalon, tour de cou etc), puis la serviette microfibres.
  • Dans la poche en filet située DANS le rabat supérieur du sac, nous y avons rangé la frontale, le couteau, la trousse de toilette.
  • Dans la poche située AU-DESSUS du rabat du sac, nous avons logé ce dont nous aurons très certainement besoin durant la journée, la casquette, le smartphone (pour son mode appareil photo) et la crème solaire. Vous pouvez y ajouter des mouchoirs en papier, par exemple.
  • La nourriture (barres céréales) a été placée dans la poche située sur la sangle ventrale.
  • Enfin, ayant opté pour une gourde isotherme, nous l’avons mise dans les poches extérieures du sac pour être facilement accessible.

A noter que si vous préférez la poche à eau à la gourde, il faudra penser à la mettre dans le logement généralement prévu à cet effet, avant même de placer le sac de couchage.

Dans le sac vide, on vient placer les choses dont on aura le moins besoin durant la journée. C’est à ce moment qu’il faut insérer la poche à eau si vous en utilisez une. Un sac rangé intelligemment vous évitera de vous « prendre la tête » pour aller chercher quelque chose qui se trouve coincé sous une pile de vêtements au fond du sac.
Mettez dans le rabat supérieur du sac ce qui vous servira potentiellement durant la journée. Ici la crème solaire et la casquette. Sac vu du dessus après l’avoir rempli.

 

Dernier point important, le confort de votre sac à dos ne serait rien sans un bon réglage des sangles. Pour cela, procédez de la manière suivante :

  • Desserrez toutes les sangles.
  • Ajustez la longueur dorsale à la taille de votre dos (si ce réglage existe sur votre sac).
  • Enfilez votre sac à dos et serrez la sangle ventrale. Vous devez être tenu mais pas compressé.
  • Ajustez les sangles des bretelles.
  • Équilibrez votre sac sur le dos en mettant en tension les « élévateurs de poids ». Ce sont les sangles qui se situent au-dessus des épaules, entre les brettelles et le haut du sac.
  • Enfin, ajustez la sangle pectorale.

N'hésitez pas à regarder notre vidéo explicative sur le reglage des sangles de votre sac à dos : 

3 – Les petits détails qui font la différence

 

Arrivé à ce stade de l’article, vous savez quasiment tout sur les principes d’un sac bien pensé, bien rangé et bien réglé, mais comme souvent, il existe de petits détails, des petites astuces qui font une grande différence.

Tout d’abord, un petit rappel sur le GR®20, il a beau être en Corse, une région plutôt bien ensoleillée et clémente, vous serez véritablement en montagne, avec tout ce que la montagne réserve de caprices et de rudesse. La météo évolue vite et, ni le froid, ni la pluie ne pourraient vous épargner, même en plein mois de juillet. S’il pleut lorsque vous êtes au refuge, ce sera un moindre mal ; en revanche s’il pleut durant 6 heures de marche ça peut être moins agréable, d’autant plus si vous retrouvez vos affaires trempées le soir en ouvrant le sac… Pour ça, nous vous conseillons un pare-pluie s’il n’est pas intégré dans votre sac. Vous pouvez également mettre vos vêtements dans des sacs étanches (exemple de sacs étanche ici) ou, plus simplement, des sacs plastiques.

En parlant de météo maussade, dans le cas où les cieux annonceraient une averse en cours de journée, pensez à mettre votre veste GORE-TEX sur le haut du sac afin d’être rapidement accessible.

 

L’autre point pratique auquel il faudra veiller, essayez d’avoir les choses essentielles à portée de main. Par exemple, ranger sa gourde dans le sac et, donc, être obligé d’enlever son sac dix à quinze fois par jour pourrait, à la longue, vous énerver. Anticipation des besoins et organisation sont les maitres-mots pour que le portage de votre sac à dos ne soit pas un calvaire ni un tracas, et que vous puissiez profiter au maximum de votre séjour entre Haute-Corse et Corse de du Sud.

 

Préconisez un sac sur lequel vous pourrez accéder au contenu sans avoir à tout retirer.

 

 

Vous savez désormais à peu près tout sur le sac à dos idéal. Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter un très beau voyage sur ce sentier de randonnée mythique.

Bien que réputé comme étant le plus difficile au monde, votre anticipation de tous ces petits détails vous évitera nombre de déconvenues, de fatigue et de blessures. Au final, il pourrait même vous paraître facile cet itinéraire !

 

Retrouvez nos autres articles de préparation au GR®20 sur le blog Snowleader. 

 

Le sac rempli et ce que vous allez porter sur vous pour marcher (en cas de beau temps).

 

4 – Notre check-list pour le GR®20 :

FEMME  HOMME

Chaussures Lowa Renegade GTX – Lowa

Sac à dos Aecheon 45 W's – Osprey

Veste GORE-TEX Kamet Light – Millet 

Sac de couchage LD BAIKAL 1100 – Millet

Drap de sac Polycoton Stretch – Sea To Summit

Doudoune W'S NANO PUFF – Patagonia

T-Shirt LD CLOUD PEAK WOOL – Millet

T-Shirt LD ROC T-SHIRT – Millet 

Pantalon LD TREKKER STRETCH – Millet

Short FLEX SHORT – Eider 

Chausures Lowa Santiago GTX

Sac à dos Archeon 45 M's – Osprey

Veste K Absolute GTX – Millet 

Sac de couchage Baikal 750 – Millet

Drap de sac coton Recangular – Sea to Summit

Doudoune M's Down Sweater Hoody – Patagonia

T-Shirt Pack & Load – Millet

T-shirt Boren – Millet 

Pantalon Trilogy Advanced – Millet

Short de Randonnée Anfibious – Haglofs

 

UNISEXE :  

Gourde 24 OZ Hibiscus – Hydroflask 

Casquette Trucker Hat – Patagonia

Tour de cou Original – Buff

Crème solaire Eco Sun Spray –  71%

Serviette microfibre – Sea To Summit 

Barres céréales Bio Cranberies-Noisettes Grillées et Proteines de Lin-Kasha – Meltonic

Trousse de secours

Lunettes de soleil

Lampe frontale Bindi – Petzl

Chaussettes et sous-vêtements

 

 

Retrouvez tous nos articles sur la préparation du GR20 sur le blog

meilleurs sacs à dos de randonnée GR20 étape par étape
choisir chaussures de randonnée GR20 préparation physique GR20

 

Source : Gore-Tex