Mathieu Navillod, notre ambassadeur de la rebloch'team bouscule le monde de l'outdoor et crée l'association "Une bouteille à la mer" !

Skieur professionnel spécialisé dans le ski freeride et le ski de randonnée, il constate à travers sa pratique sportive la dégradation de notre environnement par l’être humain : "Notre terrain de jeu se dégrade et si on ne fait rien, tel un poulet pas trop fermier, nous allons finir par jouer les deux pieds dans notre fumier"

Fin 2019 Mathieu Navillod et le photographe Dom Daher font appel à 10 athlètes de haut-niveau pour un shooting destiné à faire évoluer les mentalités en matière de tri des déchets. Parmis ces 9 athlètes nous retrouvons Kilian Jornet (trail, ski-alpinisme), Liv Sansoz (escalade, alpinisme, parapente), Stéphane Tourreau (apnée), Laurie Renoton (trail, VTT), Romain Raisson (parapente, freeski), Chapuis Jean Fred (skicross, VTT), Zébulon (alpinisme, parapente), Rico Leroy (waterman), Emelie Forsberg (trail,ski-alpinisme).

 

 

Le photographe Dom Daher, spécialiste de l’outdoor, a imaginé ce que risquait de devenir le terrain de glisse de chacun si on ne faisait rien. Une vision post-apocalyptique à travers plusieurs clichés qui donnent à réfléchir et envie d’agir… 

Alerte, mais espoir, c’est le leitmotiv de cette campagne baptisée « Une bouteille à la mer ». 

Réalisé sur le pôle de recyclage du Groupe Sclavo Environnement, à Fréjus, dans le sud de la France, le shooting met en scène les sportifs en deux photos : la première en train de pratiquer leur discipline au milieu des déchets, la seconde montrant une solution ou une piste de réflexion pour améliorer la situation.

 

#1 Kilan JORNET –Trail, Ski alpinisme, Alpinisme

"On peut se racheter et c’est le moment de le faire. La question est : comment réduire cette empreinte ? Pour ma part, en réduisant mes allées et venues, en prenant le train quand c’est possible, en mangeant des légumes de mon jardin, en ayant l’habitation la plus écologique possible. Je sais que tout le monde ne peut pas se permettre de manger bio, que c’est une sorte de privilège, mais on peut faire du lobbying auprès des grosses compagnies alimentaires pour les obliger à faire du vrai bio bon marché."

 


© Dom Daher

 

#2 Stéphane Tourreau – apnée

"J’ai toujours été très actif avec mon frère Grégory qui est hydro-biologiste sur la protection des lacs et des rivières. On a développé une web-série, « Là Eau » qui sort en documentaire cet hiver. En tant qu’apnéiste, je suis témoin de la dégradation des océans. Il y a de plus en plus de déchets dans la mer, des vagues de plastiques. Les zones tropicales où l’on plonge sont de plus en plus souvent et durement touchées par les cyclones et les ouragans. Dès que je le peux, j’organise ou je participe à des campagnes de ramassage sur les plages. Pour réduire mon impact, j’ai adapté mon entraînement en lac, pour ne pas avoir à m’éloigner de chez moi "

 

© Dom Daher

 

#3 Zeb Roche -alpinisme, parapente

" En tant que montagnard, je suis évidemment sensible à la problématique. Mais, parfois, on ne sait pas toujours quoi vraiment faire pour aider. J’ai trouvé l’idée de ces photos très intéressante, parce qu’on a beau trier nos déchets, on ne sait pas toujours ce qu’ils deviennent. Et ce qui est fait dans ce lieu avec des tonnes et des tonnes de déchets à qui on offre une seconde vie est impressionnant ! "

 

© Dom Daher

 

#4 Jean-Frédéric Chapuis – Skicross, VTT

" Je vois que les glaciers fondent, et que ça s’est accéléré depuis 5 ans. Que les gens continuent de jeter leurs mégots du haut des télésièges l’hiver, puisque quand je me balade l’été, je peux remplir un sac poubelle avec. Malgré tout, j’ai envie d’y croire. Bien sûr, les comportements ne peuvent pas changer du jour au lendemain, il y aura de l’inertie. Je suis peut-être naïf, mais je pense qu’il y a de la place pour chacun et ses activités. "

 

© Dom Daher

 

#5 Rico Leroy – Waterman 

" On ne sensibilisera jamais assez les sceptiques, les réticents. Il n’y a pas de limite : demain, je ne m’arrêterai pas en disant, c’est bon, j’ai fait ma part. Moi-même, je ne suis pas irréprochable en terme de déplacements, mais j’essaie, par exemple, de rouler doucement en voiture pour consommer le moins possible et surtout faire en sorte qu’elle dure ! J’étais très curieux de voir ce que recouvrait en vrai le recyclage. Là, nous avons eu la chance de pénétrer dans une entreprise modèle et de visualiser ce qu’on faisait du carton, du fer, du béton… La terre, on pourra toujours la souiller, elle a vécu tant et tant de chaos, qu’elle s’en remettra. Mais c’est notre avenir à nous, les humains, qui est en jeu. "

 

© Dom Daher

 

 

#6 Liv Sansoz – Alpinisme, escalade 

" Bien sûr, le problème est systémique. Mais ne rien faire, c’est être à mon sens complice. Cela fait longtemps que je m’investis auprès d’associations de protection de l’environnement comme POW (Protect Our Winters). Mais en terme d’écologie, personne n’est blanc comme neige. En tant qu’athlètes, nous sommes tenus de nous déplacer, cela fait partie de notre métier. Cela ne nous empêche pas de nous interroger sur nos pratiques. "

 

© Dom Daher

 

#7 Emelie Forsberg – trail, ski alpinisme

 

© Dom Daher

 

#8 Laurie Renoton – Trail, VTT, Ski alpinisme 

"Ces images dans la déchetterie, c’est peut-être nous tous dans X années, si on ne fait rien pour changer. Si cela peut agir comme un électrochoc… Car si le discours général évolue, il a du mal à se transformer en actes. Personnellement, si je fais très attention à la plupart de mes achats, j’ai encore du mal avec tout ce qui est cosmétique, shampooings solides et dentifrices bio. Mais à terme, je sais que je vais m’y mettre."

 

© Dom Daher

 

#9 Romain Raisson – Parapente, freeski 

"Notre nature, on la voit changer en temps réel, c’est comme regarder un homme mourir. Il y a des solutions qui existent, mais elles ne sont pas forcément connues du grand public. En tant que pratiquant de ski, qui est une pratique énergivore, je suis le premier à me dire que je fais tout mal. En tant que parapentiste et vététiste aussi : rien ne se recycle dans ces disciplines ! Trop de trajets en voiture, trop de matériel dans les placards. On est tous pris dans une folie de surconsommation. J’essaie, à ma petite échelle de réduire mon impact sur l’environnement, mais les alternatives doivent venir des politiques publiques. "

 

© Dom Daher

 

#10 Mathieu Navillod – Freeski 

"Cela faisait deux ans que je voulais me rendre utile. Aujourd’hui, quand je pêche dans l’Isère (en No Kill), ce que je vois, c’est un ramassis d’ordures et des poissons dans des états lamentables. Au beau milieu de nos forêts, des tas de détritus. Si je ne faisais rien, ce serait une honte. On n’est pas les plus riches, ni les plus malins, mais on peut essayer de faire bouger les choses. Avec cette campagne qui tente de donner des solutions sans culpabiliser les gens, on veut leur donner les clés pour sauver notre maison. "

 

© Dom Daher

 

L’objectif est simple : marquer les esprits, mais montrer surtout qu’il existe des solutions pour agir. Un signal d’alerte mais aussi d’espoir !

Déterminés, ces 10 athlètes comptes bien faire avancer les choses et sensibiliser un maximum de personnes au recyclage.

Retrouvez l'ensemble des athlètes engagés dans l'association ici

Découvrez la rebloch'team au complet ici !

Et retrouvez d'autres articles qui pourraient vous intéresser !