Les mythes se créent souvent autour d’exploits ou de grandes batailles. Sur les sentiers corses, il est un enfant du pays qui a mené ces deux combats de front pour réaliser un jour son rêve et inscrire son nom dans les carnets de record du sentier le plus réputé d’Europe. A 28 ans, après un combat de 32h sur un terrain qu’il connaît par coeur, Guillaume Peretti, coureur de montagne né par et pour le GR20 établissait un nouveau temps de référence, effaçant des tablettes un Catalan au nom familier de Kilian Jornet.

Guillaume Peretti, les sentiers corses dans la peau

Peu de gens connaissent aussi bien cette traversée nord-Sud de la Corse que ce natif de l’île. Preuve en est, même celui qui l’a détrôné deux ans plus tard, François D’Haene, s’est appuyé sur les conseils et l’expérience de… Guillaume Peretti ! Rencontre avec ce sportif tout terrain qui fera partager son expérience lors des nouveaux stages trail de l’événement GR20 Experience GORE-TEX cette année.

Guillaume Peretti - GR20

 

Guillaume, on t’a vu sur des terrains assez lisses ces derniers temps. Serais-tu lassé des cailloux corses ?

Guillaume : Non, pas du tout. Je cours ou roule quasiment tous les jours sur les sentiers derrière chez moi, mais c’est vrai que j’apprécie aussi la sensation de vitesse sur le plat. Je me suis préparé spécifiquement pour des marathons récemment, mais je continue à courir en trail et prépare, d’ailleurs, des échéances imminentes.

 

Ah oui ?… Dis-nous-en plus…

Guillaume :  J’ai bien usé mes chaussures de route en début d’année, mais ce sera désormais avec des crampons sous les semelles que devrait se dérouler ma saison.J’ai attaqué par une course par équipe de deux jours avec Vincent Viet, la One and one. Un chouette moment de partage dans le massif du Mercantour. A la fin du mois de mai, je serai sur la Marathon Race, à Annecy. C’est une distance qui me convient bien, où je pense que je pourrai m’exprimer pleinement. Ensuite, j’enchainerai sur une course en Polynésie, le 1er juin : le X Terra Trail. Mais le gros objectif de ma saison, ce sera la tentative de record sur l’ascension du Dôme de Neige, dans les Ecrins, en juillet. C’est Mathéo Jacquemoud qui a le record actuellement, en 1h57. Cette ascension de 2200m D+ sera alpine, avec toute la dernière partie sur glacier. Il va falloir préparer ça sérieusement, et j’avoue que je suis impatient !

Guillaume Peretti - GR20 Experience

Finalement, tu n’en as donc pas terminé avec tes envies de record. A quand une nouvelle tentative sur le GR®20 ?

Guillaume : Rires. Avant, j’étais complètement catégorique en disant que je ne le ferais plus jamais car j’avais trop souffert pour venir à bout de ce défi en 2014. Les souvenir sont encore douloureux ! Mais désormais, je nuance un peu mes propos. Peut-être que j’y retournerai un jour, mais sans certitudes aucunes. En fait, je me suis rendu compte que j’aimais transmettre mon expérience aux copains qui veulent réaliser ce projet. Que ce soit pour François (D’Haene) ou pour des amis corses, me remettre dans l’ambiance du défi me plait. On verra bien …

Affaire à suivre donc. En attendant, on te voit de plus en plus impliqué dans l’encadrement de stages trail sur le GR®. Quel sera ton rôle dans le projet GR®20 EXPERIENCE GORE-TEX ?

Guillaume : C’est la première année que le trail fait officiellement partie du programme de l’événement et je serai présent pour accompagner les participants, afin de leur apporter des réponses à leurs questions techniques, axées sur le trail. Ces sorties seront encadrées par un accompagnateur en montagne pour la sécurité et l’organisation, Brice Sarti. Mon rôle sera porté sur du conseil et du partage d’expérience, vu que je connais « un peu » ces sentiers ! Il y aura trois stages, orientés sur différents thèmes. Les sorties feront 2 à 3 heures à chaque fois. A Bavella, nous irons vers le Trou de la bombe et le travail sera orienté autour de la technique en descente. A Vizzavona, la sortie sera dédiée à l’orientation et progression en terrain montagneux. Enfin, à Asco, nous travaillerons le dénivelé positif avec des montées sèches.

Guillaume Peretti - Corse

Le nombre de trailers qui viennent s’attaquer à cette traversée nord-sud de la montagne corse est en constante progression. Est-ce une bonne chose pour le territoire ?

Guillaume : C’est bien qu’il y ait du monde sur le GR®. Depuis quelques années, il y a de plus en plus de fréquentation sur un mode de progression rapide (rando-trail). Les différents records établis sur le parcours par des athlète connus y a largement contribué. Je vois plutôt ça d’un bon œil, mais il faut veiller à ne pas perdre l’esprit « montagne ». Lorsque l’on s’attaque à cette traversée en 4-5 jours, on a besoin de faire moins d’étapes que les randonneurs qui le font en 15 jours. Mais si les gens s’arrêtent beaucoup moins dans les refuges, ils sont aussi parfois un peu moins civilisés à l’égard des gardiens. Au-delà de ça, cette course par étapes est un fantastique voyage à pied dans des paysages somptueux, tantôt minéraux, tantôt boisés. Alors, qu’on le fasse en courant ou en marchant, l’expérience vaut le coup d’être vécue, tant que tout le monde cohabite intelligemment. Pour ma part, je préfère le faire en courant, mais j’essaye de toujours lever la tête et regarder autour, même si je connais ces sentiers par cœur.

Justement, il y a beaucoup de choses à voir sur et en dehors du tracé original. Pourrais-tu nous partager quelques variantes à envisager sur le GR® ?

Guillaume : Bien sûr. Ce sont d’ailleurs des détours qui valent vraiment le coup car le tracé officiel « fait l’impasse » sur beaucoup de sommets. Ces différentes variantes sont plus ou moins courtes, mais méritent toutes le détour !

  •  Monte Cinto. Depuis Asco, il faut compter 2h30 de plus en randonnée pour l’aller-retour, et 1h en trail.

Monte Cinto - GR20

  •  Capu Tafunatu. C’est le sommet emblématique de la Corse avec ce trou dans le rocher. Depuis l’ancien refuge de la Paglia Orba (sur la 5ème étape depuis le Nord), il faut compter environ 3h en trail pour l’aller-retour. En randonnée, cette variante nécessite une journée. C’est un itinéraire un peu technique où il faut le pied montagnard.
  • Monte Rotondo. C’est le 2ème plus haut sommet de Corse. Depuis Petra Piana, l’aller-retour se fait à la journée en randonnée. Il y a environ 800m de D+.
  •  Les mains d’or. Sur l’étape Onda – Vizzavona, le sentier débute par une montée. Il faut rejoindre le col de Muratellu, puis l’itinéraire jusqu’au sommet du Monte d’Oru. De là, emprunter la descente par l’itinéraire des mains d’or. Arrêtez-vous pour regarder ces sculptures, c’est assez unique. Cette variante représente environ 400m de D+ supplémentaires, pour 2h de marche en plus par rapport à l’étape normale.

Monte D'oro - GR20

  •  Punta Cappella. Après le refuge de Prati, on passe à proximité de la pointe Punta Cappella (le sommet est à main droite). Faites ce détour d’une demi-heure seulement pour aller admirer la vue depuis le sommet et/ou faire une belle photo. Il n’y a pas réellement de sentier mais le cheminement est évident.

Punta Della Capella - GR20

 

 

Découvrez d'autres articles sur le sujet du GR20 Gore Tex Experience qui pourraient vous intéresser : 

blog snowleader : le GR20 : un mythe accessible ? Blog Snowleader - GR20 : Comment se préparer ?

Pour plus d'informations sur le GR20 Gore Tex Experience, rendez-vous sur la page dédiée sur Snowleader.com ou encore sur la page Instagram de l'événement. A bientôt sur le GR20  !