Le tour du Mont-Blanc en mode trail

 

Membre de la Rebloch’team, notre ambassadeur Quentin Pouré est aussi accompagnateur en montagne dans la vallée de Chamonix. Après avoir parcouru un grand nombre de vallées pour découvrir la diversité des Alpes, le voici lancé dans un projet "Made In Haute Savoie".

"Des clients, avec qui j'ai l'habitude de travailler, m'ont demandé de leur concocter une itinéraire sauvage et alpin dans la vallée de Chamonix. J’ai directement pensé à faire un Tour du Mont Blanc revisité, avec des passages alpins et des sentiers techniques”.

Au programme, 4 jours d’itinérance avec nuit en refuges, plus de 150 kms de distance, pour 9.000 mètres de dénivelé positif. Voici le parcours et récit de notre ambassadeur : 

 

 

J-1 : Les Bossons – refuge Robert Blanc

 

Départ à la fraîche, pour la première journée d'itinérance. Une journée qui s’annonce chaude et longue. A cause du Covid-19, beaucoup de refuges étaient complets, nous avons donc dû pousser le chemin jusqu’au refuge Robert Blanc, proche du col de la Seigne.

Après 5kms, nous voici aux Houches, où nous profitons de la boulangerie pour manger un croissant et prendre une photo sous l’arche “officielle” du départ du TMB.

 

La journée prévoit le passage de nombreux cols, à commencer par le Col de Voza (1657m), puis le Col du Tricot (2120m). Ce dernier offre une vue imprenable sur un alpage. Nous sommes les premiers de la journée à le franchir, les chamois sont au dessus de nous et l’humidité matinale commence à disparaître.

Nous plongeons ensuite du côté nord du col, en direction des chalets de Miages, puis du refuge de Tré la Tête (1.969m) où nous prenons le temps de manger une bonne plâtré de pâte (avec du rebloch') avant de continuer notre chemin. Nous avons fait la moitié de la distance du parcours, l'après-midi va être longue.

Nous reprenons notre chemin, en direction du refuge. Une descente raide et technique nous conduit à Notre-Dame de la Gorges, où nous retrouvons la piste 4×4 qui nous conduira jusqu’au lac Jovet. Nous subissons la chaleur sur cette partie, la piste n’est pas protégée par les arbres, il est 14h, et nos jambes ont déjà bien travaillé, nous peinons à arriver au lac Jovet (2.179m).

Dernières difficultés du premier jour, mais magnifique, l’ascension du Col de l’Enclave (2.672m), puis le chemin technique jusqu’au refuge. Après 10 heures d'effort, 40 kms et 4000 de D+ nous arrivons au refuge Robert Blanc (2.750m). 

 

Tour du Mont Blanc jour 1

 📸  Quentin Pouré

 

J-2 : Refuge Robert Blanc – refuge Bertone

 

Après la longue journée de la veille, cette journée s’annonce plus courte et moins technique.

Les premiers kilomètres après le refuge nous permettent, par un sentier technique, entre moraines et pierriers, de rejoindre le col de la Seigne (2.516m), frontière Franco-Suisse. Après le col, une longue descente est au programme. 15 kms de sentier roulant, nous conduisent au lac Combal (1.958m).

Arrivée au lac, la montée vers l’Arp Veille (2.303m)  se fait rapidement et nous filons à toute vitesse direction Courmayeur, pour une pause bière – pizza bien méritée.
Et puis enfin une dernière montée de 700m en direction du refuge Bertone (1.991m), le 2ème jour est terminé, 28kms, 1600m de D+. 

Tour du Mont Blanc jour 2

📸  Quentin Pouré

 

J-3 – Refuge Bertone – relais d'Arpette

 

La troisième journée est celle qui nous appréhendons le plus depuis que nous l’avons programmé. Elle n’est pas technique mais longue et plate. 

Parmi les points positifs, il y a tout de même les 10 premiers kilomètres, qui se font en balcon, au dessus du Val Ferret Italien. Il s’agit normalement de l’un des passages clefs du TMB, mais le brouillard matinal et les nuages, ne nous offrirons par la vue souhaitée sur les sommets du Mont Blanc, les Grandes Jorasses, ou encore le Mont Dolent, frontière Franco-Italiano-Suisse. 

Après cette traversée et une descente, nous attaquons la montée vers le grand col Ferret (2.537m) : il fait froid, nous sommes dans les nuages et le vent souffle.

Arrivée au col, le vent glacial de nous permet pas de profiter du moment, et nous plongeons directement sur une descente d’une vingtaine de kilomètres, entre piste 4×4 et route, pour rejoindre le petit hameau de Praz de Forts (1.151m), où nous nous arrêtons pour manger des pâtes (au rebloch'). 

Après le repas, la montée vers Champex (1.477m) se fait dans les bois puis nous passons le lac avant de s'arrêter pour dormir au Relais d’Arpette (1.627m).

La troisième journée se termine tranquillement après 44 kms dont 32 kms de descente et 1800m de D+. 

Tour du Mont Blanc jour 3

📸  Quentin Pouré

 

J-4 : Relais d'Arpette – Les Bossons 

 

La dernière journée commence à la lueur de la frontale, par le passage qui restera pour nous tous le plus beau moment de ce TMB revisité : la fenêtre d’Arpette.

Il est 7h du matin et nous avançons tous les quatre dans la brume, en direction de notre premier col : la fenêtre d’Arpette. Le sentier est technique, mouillé par la pluie de la nuit, et donc très glissant. Personne nous devance, personne ne nous suit. Nous sommes seuls à écouter le silence. Soudain, à 2500m d’altitude, les nuages se dissipent, et nous observons maintenant la suite de la montée, et notre passage entre les montagnes abrutes. Après notre passage au col, la descente nous offre une vue exceptionnelle entre nuage, soleil et sentier verdoyant.

Sur le bas de la descente, avant de commencer la montée sur le Col de Balme, le genoux de Thomas fatigue. Il ne peut plus courir, ni à plat, ni en descente, et souffre terriblement. Nous décidons tout de même de monter au Col de Balme (2.199m) à allure tranquille, mais il est impossible pour lui de finir l’étape, et pour nous de finir sans lui. Nous décidons donc de descendre à pied en direction du hameau de Tour (1.479m), terminus des bus de la Vallée de Chamonix, et nous rejoignons donc les Bossons grâce à la Ligne 1.

Ce fût tout de même une belle itinérance sportive et alpine, qui nous aura fait découvrir et redécouvrir la beauté du massif du Mont Blanc. 

 

Quentin Pouré TMB

Tin’s (à gauche), Quentin Pouré (notre ambassadeur) et Thomas (au milieu) et Florian (à droite)

 

Bref, une superbe expérience de 150 kms et 9.000m de dénivelé entre sommets, glaciers, forêts et lacs.

L'indispensable à ne pas manquer sur un parcours trail en itinérance ? : le rebloch' évidemment ! 

 

Instagram : quentin_poure
Facebook : Rand’Évasion – Accompagnateur en Montagne – Chamonix
Site internet : randevasion.com

 

Découvrez aussi d'autres articles qui pourraient vous intéresser !  

 

 

Simon Bonnefous Rebloch'team        rebloch'team express