Aller au contenu
Quel matériel pour l'alpinisme - Blog Snowleader

Quel matériel pour l’alpinisme ?

Quel matériel choisir pour l’alpinisme ? Une question que bon nombre d’entre vous se pose avant de vous lancer dans une course en montagne. Crampons, cordes, piolets, baudriers et équipement de sécurité ou encore chaussures, nos experts vous disent tout ce qu’il y a à savoir sur l’équipement d’alpinisme.

Fitz Roy Patagonia

Bien choisir ses chaussures d’alpinisme

Le bon choix de vos chaussures d’alpinisme va définir si vous et ceux qui vous accompagnent vont passer une bonne course en montagne. Voici les paramètres à prendre en compte et à adapter selon votre pratique :

Structure de la tige

  • La membrane Gore-Tex® (GTX) ou les autres membranes similaires sont reconnues pour leur imperméabilité, leurs propriétés respirantes et coupe-vent, des caractéristiques idéales pour évoluer en montagne et surtout en alpinisme.
  • Le cuir, moins technique et demande plus d’entretien (respirabilité, imperméabilité) mais peut être plus solide en fonction de sa construction. Le cuir peut être également lié au Gore-Tex® au sein d’une chaussure d’alpinisme.
  • Le synthétique séchera plus vite et demandera moins d’entretien pour vos chaussures que le cuir.
  • Le Primaloft® est une membrane à isolation thermique, il en existe différents types en fonction de la pratique et des conditions d’utilisation.
  • Les guêtres d’alpinisme en GTX ou Cordura (tissu à très haute résistance peuvent être ajoutées par-dessus une chaussure d’alpinisme ou incluses sur certains modèles permettant une meilleure isolation thermique. Certaines bottes d’alpinisme d’une guêtre interne intégrée ce qui offre une très bonne flexion ainsi que protection contre l’intrusion de la neige et des cailloux.

Semelles

Plus les semelles sont rigides, plus les appuis sont sécurisés dans de forts degrés de pentes, notamment quand les crampons sont montés sur vos chaussures d’alpinisme. Cette caractéristique (semi-rigide ou rigide) est commune à tous les modèles de chaussures afin d’apporter sécurité, stabilité et protection, que ce soit les crêtes, en cascade de glace ou randonnées glaciaires.

Priorité aux semelles rigides pour l’alpinisme en haute-montagne. Les chaussures concernées sont souvent équipées de pare-pierre plus importants, en cohérence avec le terrain plus agressif (roche et glace). La hauteur de la tige (partie supérieure de la chaussure suit cette logique de recherche de maintien. Une tige plus haute apportera plus de soutien.

Compatibilité crampons

Comment choisir vos crampons d’alpinisme ? Question récurrente pour laquelle nous vous apportons toutes les réponses.

Le choix dépendra des débords dont disposent vos chaussures d’alpinisme. Ce sont les parties qui ressortent devant et/ou à l’arrière. Les crampons automatiques pourront équiper les chaussures avec débords avant et arrière. Ils équipement la plupart des chaussures à semelles rigides.

Si vous ne disposez que d’un débord arrière, il vous faudra choisir des crampons semi-automatiques.

Pour les chaussures sans débords, plutôt prévues pour la randonnée, vous pouvez vous orienter sur des crampons à lanières ou aussi appelés crampons classiques.

Exemples de chaussures d’alpinisme

Bien choisir ses chaussures d'alpinisme

Bien choisir ses crampons d’alpinisme

Afin d’accompagner et de sécuriser votre pratique de l’alpinisme ou simplement pour marcher dans la neige en montagne, vous devrez vous équiper de crampons d’alpinisme. Voici les éléments à prendre en compte au moment de votre choix :

Le système d’accroche

  • Crampons automatiques : ils sont composés d’un fil à l’avant et d’un levier à l’arrière pour que vos crampons d’alpinisme et vos chaussures ne fassent qu’un. Ce type de crampons est plutôt dédié à une pratique technique, voire verticale comme pendant de l’escalade sur glace. Il ne sera donc compatible qu’avec des chaussures qui disposent d’un débord avant et arrière afin de bien positionner et verrouiller vos crampons.
  • Crampons semi-automatiques : ils sont munis du levier de verrouillage à l’arrière mais possèdent un système plus flexible à l’avant pour s’adapter à plus de types de chaussures. Les crampons semi-automatiques seront plus adaptés à des courses alpines moins engagées. Seul un débord arrière sur vos chaussures sera nécessaire pour utiliser ces crampons.
  • Crampons universels ou à lanières : ces crampons peuvent s’utiliser sur la plupart des chaussures de randonnées (même celles non cramponnables). Ils sont destinés à un usage ponctuel en randonnée ou trek pour passer des névés ou des glaciers.

Le nombre de pointes

  • Les crampons 12 pointes sont destinés aux alpinistes autour des 75kg et plus. Ils auront une meilleure accroche et apporteront une meilleure stabilité sur tous les terrains en montagne.
  • Les crampons 10 pointes seront plutôt à l’usage des alpinistes de petits gabarits.
  • En fonction de votre pratique, vous pouvez aussi regarder la forme et la disposition des pointes sur vos crampons (monopointe avant, bi-pointe technique…).

Les matériaux utilisés

  • Acier : pour plus de robustesse et de durabilité. Ces crampons seront néanmoins plus lourds.
  • Aluminium : pour des crampons d’alpinisme légers. Ils seront cependant plus tendres et les pointes s’arrondiront plus rapidement si vous réalisez des courses mixte (neige et rocher).

Exemples de crampons d’alpinisme

Aiguille Verte

Bien choisir ses piolets d’alpinisme

Pour accompagner vos sorties en montagne, différents types de piolets d’alpinisme existent sur le marché. Voici les conseils de nos experts pour bien choisir vos piolets d’alpinisme :

  • Les piolets d’alpinisme droits (ou piolets canne) serviront surtout sur des sommets pout débuter l’alpinisme lors de randonnées glaciaires ou pour des courses sans difficultés techniques. Le piolet droit est à choisir en fonction de votre taille, l’idéal étant que la pointe du piolet arrive au niveau de votre malléole quand vous le tenez bras tendu.
  • Les piolets techniques s’utilisent quand la pente va s’incliner et pour l’alpinisme technique en haute-montagne. Il faudra raccourcir la longueur du piolet et envisager d’en prendre un avec un manche courbé et donc plus technique. Ce type de piolet d’alpinisme, plus court (entre 45 et 55 cm) et donc moins encombrant pourra vous accompagner sur des courses d’arêtes, sur des sorties en ski de randonnée ou pour des initiations à la verticalité. En fonction de la fréquence d’utilisation et de votre pratique de l’alpinisme, vous pourrez chercher plus de légèreté. Dans ce cas précis il faudra regarder attentivement les matériaux utilisés dans la fabrication de vos piolets techniques.
  • Les piolets traction sont utilisés pour une pratique exclusivement verticale et notamment pour la cascade de glace. Les marques ont développé de vrais piolets traction avec des poignées et des lames adaptées pour une accroche optimale. Ces piolets traction auront un poids plus important et une répartition du poids différente pour une meilleure inertie lors des frappes (pour la cascade de glace).

Autre point important au moment de bien choisir ses piolets d’alpinisme, il vous faudra choisir entre des modèles avec panne ou marteau. Une panne avec sa forme assimilable à une petite pelle permettra de tailler des marches ou bien de descendre dans la neige « en ramasse ». Un marteau sera utilisé dans une démarche verticale pour pouvoir planter des pitons lors de sa progression ou renforcer ceux déjà en place.

Exemples de piolets d’alpinisme

Piolets d'alpinisme

Bien choisir sa corde d’alpinisme

La corde d’alpinisme permet de s’encorder pendant une cours en haute-montagne entre les différents alpinistes de la cordée. Il existe pour cela de multiples types de cordes. Afin de choisir correctement votre corde d’alpinisme, il vous faudra prendre en compte différents facteurs comme votre pratique, votre niveau ainsi que votre milieu d’évolution.

Les types de cordes d’alpinisme (dynamiques)

En fonction de votre pratique, le choix de la corde est souvent difficile. Pour chaque pratique, vous retrouverez des normes différentes. Par conséquent, une corde d’alpinisme ne sera pas forcément normée de la même façon qu’une corde d’escalade. Pour cela, nous vous aidons à y voir plus clair :

  • La couenne : corde à simple principalement utilisée pour une escalade sportive.
  • La grande voie : corde à double pour une utilisation sur tout type de terrain, réduire le tirage et faire des rappels sur l’ensemble de la corde.
  • Escalade sur glacier ou grande voie : corde jumelée se rapprochant fortement de la corde à double mais avec obligation de mousquetonner les deux brins.
  • Multi-activités : multinormes pour combiner les trois pratiques avec un seul modèle de corde.

Longueur de la corde d’alpinisme

Comme vous pouvez l’apercevoir, il existe des multitudes de longueurs de cordes d’alpinisme. Celles-ci peuvent aller de 20 mètres jusqu’à 80 mètres ou plus. Sur une pratique « couenne », il faut pouvoir monter et redescendre sur le même brin de corde. En générale, les voies sont d’une hauteur maximale de 40 m. Dans ce cas de figure, il vous faudra une corde de 80 mètres (2 x 40 m). En revanche, pour une pratique « grande voie », étant donné que vous allez évoluer avec deux cordes, vous pouvez partir avec une corde de 50 m voire 60 m maximum. Cela vous permettra de réaliser des rappels de 50-60m.

Pour la randonnée glaciaire (2 personnes), vous pourrez évoluer avec un brin de 20 m environ.

Diamètre de la corde d’alpinisme

La diamètre de la corde d’alpinisme se choisira en fonction de votre niveau, de vos objectifs et de votre pratique. Il faut savoir qu’une corde d’un diamètre important sera plus lourde (poids / mètre) et aura des frottements plus importants. En revanche, le produit sera plus durable et le blocage de la corde pour l’assureur sera plus facile. Une corde d’alpinisme plus étroite sera naturellement plus fluide et plus maniable. Elle pardonnera moins l’erreur. Elle sera appréciée par les alpinistes confirmés.

Exemples de cordes d’alpinisme

Cordes alpinisme

Bien choisir son baudrier d’alpinisme

Un baudrier est un élément indispensable de votre matériel d’alpinisme lorsque vous souhaitez évoluer sur des terrains exposés, dangereux et/ou difficiles d’accès. Le baudrier d’alpinisme permettra à l’aide d’une corde de vous retenir et de ne faire qu’un avec votre compagnon de cordée.

En fonction des courses prévues, il faudra prendre en compte l’encombrement, le confort, et l’accessoirisation du baudrier pour que celui-ci soit le plus agréable possible dans votre pratique de l’alpinisme. La largeur et l’épaisseur des matières vont faire varier le confort. Pour la randonnée glaciaire, un harnais très compact et léger sera agréable. En revanche, pour des courses verticales avec des suspensions dans le vide, nous conseillons un produit plus confortable avec plus de matière. À vous de trouver votre juste-milieu. Généralement mixtes, quelques baudriers peuvent être adaptés spécialement à la morphologie féminine avec des longueurs/largeurs de sangle plus importantes et un confort supplémentaire.

En fonction de votre niveau et de la polyvalence souhaitée, il faudra vous orienter sur un produit plus ou moins modulable :

  • Baudrier d’alpinisme pour multi-utilisation (escalade indoor et outdoor, alpinisme) : votre volume corporel va varier en fonction des vêtements portés. De ce fait, un baudrier entièrement ajustable peut être un vrai plus. Nous vous conseillons de vous orienter vers un baudrier ajustable dans sa totalité (ceinture + cuisses).
  • Pour une pratique plus spécifique (rando glaciaire, ski…) afin d’augmenter votre confort ou votre rapidité de manipulation, certains baudriers peuvent s’installer les crampons/skis aux pieds grâce à des sangles entièrement amovibles.

Enfin, nous vous conseillons de bien vérifier l’accessoirisation de votre harnais d’alpinisme (porte-matériel, porte broche, pontet simple ou double) afin de pouvoir porter l’ensemble de votre équipement (broche à glace, kit de mouflage, sangles, mousquetons…).

Exemples de baudriers d’alpinisme

Baudrier d'alpinisme

Bien choisir son casque d’alpinisme

Le rôle premier du casque d’alpinisme est de protéger votre tête des chocs et des projectiles en montagne. L’ensemble des casques dédiés à la pratique de l’alpinisme répondent à la norme EN 12492 (casques d’escalade et d’alpinisme). Certains casques sont dotés de normes complémentaires : l’UIAA (normale mondiale), CE EN 1077 (norme EU pour le ski) et CE EN 1078 (norme EU sur le VTT) ou encore des normes américaines (ASTM). Si votre casque dispose de plusieurs normes, cela pourra le rendre plus polyvalent mais aussi potentiellement plus lourd.

Avec un poids généralement compris entre 160 et 250 grammes, les casques d’alpinisme sont légers et se feront vite oublier en montagne. L’ajustement du tour de tête peut se faire via une sangle à cran ou via une molette avec réglage rapide. Si vous vous situez entre deux tailles, il est peut-être intéressant de partir sur la plus grande taille afin d’anticiper le port d’un bonnet ou d’un bandeau.

Le petit plus de certains casques d’alpinisme résidera sur la présence d’un support pour accueillir votre lampe frontale, d’une ventilation plus ou moins importante, du système de fermeture de la sangle jugulaire ou encore d’une conception prévue pour porter un casque avec les cheveux attachés en queue-de-cheval.

Exemples de casques d’alpinisme

Patagonie

Retrouvez l’intégralité du matériel d’alpinisme sur le site Snowleader !

Pin It on Pinterest